Carnet de voyage | LA PAUSE – mars, avril 2020

Oui, nous sommes en pause de tour du monde, je n’arrive pas à me dire que celui-ci est terminé. Si nous devions le terminer dans ces conditions-là, je serai extrêmement frustrée alors j’aime à dire que nous sommes seulement en pause : mais notre pause est très sympa.

On a fui les Philippines en direction Bangkok en Thaïlande car le 13 mars, il a été demandé à tous les étrangers de quitter les Philippines en 48H00 ou de rester confiné pendant 1 mois sur les iles (avec tous les problèmes de ravitaillement, de suivi sanitaire etc…). Le temps que l’on se retourne, les prix se sont envolés et il n’y a plus de place. 24h00 plus tard, le gouvernement annonce une rallonge de 3 jours et le maintien de quelques lignes intérieures pour nous permettre de rejoindre nos vols internationaux.
Je trouve 4 places de Palawan à Clark la veille de la fermeture des vols internes. Notre vol pour Bangkok partira le lendemain.
Nous quittons Palawan à 6h00 du mat, nous sommes à Clark 1 heure après. Tout va bien, nous respirons.
Il n’y a pas de taxis, des check point partout, confinement général, et nous 4 au milieu du parking de l’aéroport 🙂
Un bus arrive, on monte. On ne sait pas où il va mais lui sait où nous souhaitons nous rendre, il nous fait comprendre qu’on y va. Et quelques dizaines de minute plus tard, il nous dépose à 800 mètres de notre hôtel ! Vince nous a réservé un petit bijou avec piscine, de très belles chambres, chacune équipée de cuisine et salon …parfait pour se poser.
Ils ont faim, ils partent acheter MacDo : les restaurants restent ouverts pour la vente à emporter seulement. De retour à l’appart nous déjeunons et passons l’après-midi tranquillement à la piscine : nous avons réservé le taxi pour 3heures du mat, pas question de se coucher tard.
Au moment de se coucher, Alice se plaint de douleurs au ventre : je prends sa température : 38,8 ! Vince et moi sommes catastrophés, demain on ne pourra voyager, je regarde si je peux changer les vols, rien pour les 30 jours à venir …

Très Mauvaise TRES courte nuit. Au réveil, la température est toujours là et Alice se met à vomir… on est atterré. On décide de tenter le tout pour le tout, on n’a plus rien à perdre. Alice est mal, elle titube (en même temps il est super tôt). 
Le taxi est là (la veille la négociation a pris presque 1 heure, car il y a deux checkpoint sur la route …
On monte dans le taxi avec notre malade bourrée de doliprane et déjà au coca (le meilleur remède contre la gastro avec le riz !).
Au premier contrôle, le militaire prend la température deux fois, et demande à Alice de se relaxer … on est mal… contre toute attente il nous laisse passer … il informe même le second checkpoint qui du coup nous laisse passer sans contrôle.
A peine arrivée à l’aéroport, Alice vomit dans la voiture et devant l’aéroport sous les yeux de tous les contrôleurs et militaires (l’aéroport est barricadé à cause des émeutes liées aux départs précipités) … on s’attend a être arrêté …

Mai non, on entre dans l’aéroport : check de température, ils laissent passer Alice … qui fonce aux toilettes
On n’en revient pas, on se dit qu’ils veulent vraiment qu’on parte …
Nous sommes dans l’avion 3 heures après sans avoir eu un seul contrôle depuis l’entrée dans l’aéroport et tant mieux.
Alice dort pendant les 4 heures de vols qui nous séparent de Singapour (où nous transiterons quelques heures). Elle reprend quelques couleurs alors que, pour Vince et moi, le stress remonte en flèche : il faut qu’on débarque à Singapour et si on est mis en 40aine là, ce n’est pas grave, il ne faut surtout pas que l’on soit renvoyé aux Philippines! Alice est toujours aussi mal et en plus culpabilise car elle comprend que si on ne passe pas, un vrai cauchemar va démarrer. On la rassure, il y a peu de chance que Singapour nous renvoie, les Philippines n’accepteront pas (on l’espère très sincèrement).
Avant de débarquer Alice reprend Doliprane et continue le coca, elle ne vomit plus (ouf). Et on débarque.
A la sortie de la passerelle, le long du couloir que nous devons emprunter, plus d’une centaine de personnes sont assises par terre, masques sur le visage, très calmes, pas un bruit et entourées de personnes complètement revêtues des combinaisons intégrales blanches, grands masques avec vitre en plastique, sur-chaussures … des hommes sur la lune … mais on est Singapour, dans l’aéroport ! un film surréaliste …
Et nous, on avance vers les 2 caméras thermiques qui balaient tout le couloir … impossible d’y échapper.
Alice est chancelante mais super courageuse et avance avec calme, nous on a le cœur qui bat à tout rompre … et on passe ! incroyable !
On a déjà les cartes d’embarquement, on se fait tout petit dans un coin et on attend sagement pendant les quelques heures qui nous séparent de notre dernier vol, vers Bangkok.

Un petit check température et nous voici dans l’avion : toujours incompréhensible car on sait qu’Alice a de la température …
et puis nous atterrissons à Bangkok.
On parcourt la moitié de l’aéroport à pieds, on nous fait marcher longtemps, longtemps. Tout le monde porte masques et gants, des panneaux nous indiquent la marche à suive.
Et puis nous arrivons au bout d’un couloir. Là nous devons remplir des applis, puis quand elles cessent de fonctionner, des papiers (identiques à ceux remplis dans l’avion), bref je m’énerve, les filles sont crevées, et la température d’Alice repart à la hausse : je ne peux décemment pas lui donner du doliprane devant tous les officiels de l’aéroport : c’est aux toilettes que l’on joue notre entrée en Thaïlande : Alice est super coopérative, elle fait tout ce qu’on lui demande.
On finit les papiers, on passe le checkpoint de l’armée et … contrôle de température par caméra thermique … et encore une fois on passe !
On fonce (sans courir) aux contrôles des passeports, on retient une dernière fois notre souffle, Alice et Zoé passent, je passe, Vincent a son tampon … on a réussi, on est en Thaïlande !
et je me mets à pleurer …

Pourquoi la Thaïlande ? plein de raisons mais notamment, très peu de cas de virus, pays non encore fermé et qui donc accepte encore d’accueillir les étrangers (ce qui n’est plus le cas de beaucoup de pays asiatiques), pas de visas, vols non annulés, système de santé très développé et coût de la vie faible. En effet même si nous faisons une pause, nous fonctionnons toujours avec le budget TDM on doit donc faire attention : la Thaïlande se révèle être le meilleur compromis. De plus les Thaïlandais sont très gentils, la nourriture très sympa et enfin, il fait beau et les plages sont belles …

Nous avons prévu de passer une semaine à Bangkok, le temps de souffler et de se remettre, avant de reprendre notre TDM (oui on y croit encore).
Nous nous posons dans notre condo : on vient d’apprendre que la piscine et la salle de gym sont fermées pour cause de virus, on va gérer quand même ! l’apéro de ce soir-là a un très fort goût de liberté.

J+242 Bangkok
Après nos habitudes de homeschooling (c’est dur en ce moment surtout avec Alice, sa motivation est nulle), nous partons visiter le super centre proche de chez nous : on a des courses à faire comme remplacer les sandales de Zoé qui ont rendu l’âme, changer les lunettes de Vince car il s’est assis dessus … bref on fait les boutiques. La piscine est fermée, ici c’est climatisé J. On trouve une boutique de loisirs créatifs et surtout … de la laine, du trapilho, des cahiers de dessin … on achète !
On apprendra dans la soirée que tous les magasins de Bangkok ferment dès demain, à l’exception des restaurants (ouvert pour la vente à emporter), on a eu de la chance (comme beaucoup de fois déjà dans ce tour du monde !!!)

Mais ce soir c’est la fête : visio-apéro avec les copains, à l’initiative de Pat : sont présents Pat bien sûr mais aussi Angélique et Micha et les enfants et Laura et Phil : on va passer 1h30 à papoter, déconner, faire des blagues, un peu de sérieux parfois (mais très peu) : tout le monde a un verre dans la main, des trucs à grignoter, on a retrouvé les copains, c’est de la pure balle ! tout le monde a le temps (mais n’est pas forcément détendu pour autant J) mais enfin, y a pas d’excuses pour dire « j’peux pas j’avais sortie » J On décide de se refaire ça très vite !

J+243 Bangkok
Le homeschooling est dur aujourd’hui aussi avec Alice. C’est la grammaire qui flanche et moi j’ai du mal à ce que les règles (qui devraient être automatiques mais qui ne le sont pas) ne soient pas appliquées. Et je ne suis pas d’une grande patience, j’en ai conscience ça aide pas. Après un moment où chacun se reconnecte avec lui-même, nous déjeunons et nous partons nous balader. Tout est fermé alors on a marché … jusqu’au centre commercial de la veille dont le super marché est encore ouvert. Je visiterai bien le quartier mais on sent que ce n’est pas le truc à faire alors après un moment où Zoé a couru et encore couru, sifflé, sauté, couru …. Nous sommes rentrés : le confinement en appart c’est dur.

J+244 Bangkok
Journée très très très … compliquée … pour rester polie. Les filles nous en ont fait voir de toutes les couleurs !!! A se disputer, s’engueuler, mal se parler, crier, mais aussi sauter, siffler …. dans un petit appartement … Après le homeschooling et l’achat de plats à emporter, nous décidons de déjeuner sur la terrasse commune à tous les condos au bord de l’immense piscine (toujours fermée) : il faut que les filles sortent, elles ont tendance à rester enfermée à l’intérieur et à jouer … bien sur Alice est complètement remise, elle mange de bon cœur ! On est bien sous la brise, à l’ombre, je joue avec Zoé au ballon, il tombe dans la piscine, on attend après le vent pour nous le ramener, bref on passe le temps. En fin d’après-midi, nous partons visiter le 2eme centre commercial autours de chez nous : il est immense mais fermé à cause du virus : néanmoins le sous-sol est ouvert car c’est un food court : plats à emporter uniquement, alors on emporte …

Ce soir nous prenons une décision : nous irons à Hua Hin une fois la location de l’appartement à Bangkok finie. On sera mieux prêt de la plage. Et puis il y a un bureau de l’immigration, on doit d’ores et déjà demander une extension car nous sommes autorisés en Thaïlande jusqu’au 19 avril mais l’état d’urgence est en place jusqu’au 26 avril donc …

J+245 Bangkok
Journée bien plus agréable que la veille : un petit rythme s’installe déjà, la famille ne rechigne plus quand je leur annonce que nous allons déjeuner en terrasse au bord de la piscine (coooooool). Mais aujourd’hui, on ne sera pas autorisé à y déjeuner, on nous présente le panneau d’interdiction ! dans l’après-midi, nous partons à l’assaut du 3eme grand centre commercial près de chez nous. Moins bien que celui d’hier mais on n’y achète quand même des trucs pour l’apéro de ce soir ! Je tourne un peu en rond, j’ai hâte que nous partions.

Et voilà que le destin d’en mêle. Alors que les filles sont couchées et que l’on s’installe tranquillou devant un petit film, nous apprenons que Bangkok fermera tous ses accès dès le lendemain minuit avec impossibilité de se rendre dans aucune province : d’ailleurs les liaisons inter province stoppent elles aussi. Nous passons ainsi la soirée à organiser noter départ pour le lendemain, tant pis pour notre location ici, les filles ne sont même pas au courant alors que je ferme les valises avant d’aller nous coucher…

J+246 fuite vers hua Hin
En mode tranquille pour ne pas affoler les filles : on ne leur a pas parlé de l’état d’urgence mis en place, ni des restrictions de déplacement, on leur a simplement dit qu’on en avait marre et qu’on partait à la plage. Cerise sur le gâteau, nous avons rendez-vous avec Marc ! Oui Marc, notre copain de sortie en mer à Kho Lanta, le jour des méduses : Marc est à Hua Hin et part à Bangkok récupérer un vol pour rentrer en France, nous on arrive à Hua Hin : rendez-vous est pris pour le déjeuner au … Hyatt (5* en bord de mer, il est magnifique). Les filles sont cool, petit déjeuner et préparatifs avalés en moins de deux heures ! 3 heures plus tard, nous retrouvons Marc et faisons la connaissance d’Audrey. On déjeune sur place, on est heureux de se retrouver et de se raconter nos différentes galères pour sortir des différents pays (Marc est arrivé du Myanmar), mais aussi parler de la situation actuelle, des annonces à venir, du retour en France, bref une sacrée papote … On se sépare alors qu’ils partent pour Bangkok, nous partons à la recherche d’agences de location de maison. Les filles sont restées à l’hôtel où nous avons finalement négocié une chambre, mais pour une nuit seulement !
On fait chou blanc mais parce ce que je me suis inscrite en urgence sur des groupes de Français à Hua Hin, on reçoit quelques offres. La première est une fabuleuse maison dans une résidence avec services, piscine privée, etc… Au moment de signer le contrat, nous apprenons que nous sommes refusés par la résidence car nous venons de Bangkok et à ce titre nous ne serons admis que dans 14 jours ! Immédiatement on comprend que tous les condos et toutes les résidences nous sont interdits ; je recontacte le groupe, une autre maison hors résidence se présente, elle correspond aux critères, on prend RDV pour y entrer demain sans l’avoir vue…

J+247 Hua Hin
Journée marathon d’installation : après le succulent déjeuner du Hyatt, on récupère la voiture de location (n2gociée la veille en urgence) et on part à la découverte de notre maison, notre lieu de vie pour les 30 jours à venir. On a (encore) de la chance, la maison est très bien, on a une terrasse avec piscine, le marché local pas très loin, juste à côté du bureau de l’immigration ! Entre deux baignades, Vince et moi partons faire les courses et pour la première fois depuis 9 mois (jour pour jour) nous nous installons dans une maison : on défait les valises ! C’est sur les armoires ne sont pas pleines 🙂
Nous fêtons l’entrée dans notre maison autours d’un visio-apéro avec Karen et Olivier, Grand-Mère et Grand-Père (merci Whatsapp !)

J+248 Hua Hin
Tout a commencé normalement, petit déjeuner (pantagruelique),on se gate. ON a acheté plein de pains différents, des brioche, des oeufs, des yaourt… bref presque aussi bon qu’au Hyatt (non je rigole). Les filles se mettent au travail et puis on traine. A midi, nous avons une personne qui entre dans le jardin (on n’a pas de portail) et on pense au jardinier. Puis une autre personne entre, tient deux jardiniers ! puis une troisième personne puis 4 .. puis 9: on est très surpris. Une des personnes, un costo en pantalon de treillis commence à prendre des photos … on est mal à l’aise. Les discussions commencent en Thai (inutile de dire que nous n’avons pas progressé dans ce domaine), on switch en anglais et finalement une des personnes assure en français. Ce sont en fait des représentants de l’ordre menant leur enquête sur nous, les derniers arrivants. D’où venons nous, as t’on fréquenté les salles de spectacles ou disco ces derniers temps, quelle est l’adresse où nous nous trouvons (on peut même pas répondre à cette question: nous n’avons toujours pas une copie du contrat de location!), bref on passe à la moulinette pendant environ 30 min, on se détend mais tout de même on en mène pas large: le groupe est très gentil et rigole à l’arrivée des deux blondes en maillot de bain qui se jettent dans la piscine (j’ai nommé Alice et Zoé)!. Après une dernière photo non officielle, les 9 représentants de la loi et nous, les adultes, on se remercie mutuellement en français et thaï et puis l’équipe repart. On est un peu sonné …
Cet après midi nous partons faire des courses au supermarché des western: tous les produits de chez nous sont la on est très peu nombreux dans la magasin mais on trouve tout ce dont on a besoin. ON fini les courses au marché local: j’ai l’ambition de faire mon premier curry vert façon Thaï.

J+249-250 weekend de confinement à Hua Hin
Un weekend de confinement volontaire. Les autorités ont demandé à l’ensemble de la population de rester chez soi ce weekend afin d’éviter une trop forte propagation du virus. Les déplacements ne sont pas interdits et il n’est pas demandé de se confiné mais nous jouons le jeux car a population a été prévenue: si la propagation est trop forte, alors on sera réellement confinés.

Alors nous nous organisons: le matin c’est homeschooling et baignade. L’après midi nous décidons d’avoir une activité commune et c’est parti pour … les origami. En fait nous commençons par une maquette typique des vans qu’Olivier fabrique et nous l’aménageons. Vince l’a fait à l’échelle, Chat Noir et Lady Bug nous aident ! pendant ce temps là Alice et Zoé fabriquent le mobilier, table et chaises! C’est un bel après midi et nous rigolons bien.
Dimanche, notre atelier Origami évolue vers les origami modulaires: on a découvert cela en Australie : il s’agit de fabriquer en origami des petits triangles qui s’emboitent les uns dans les autres façon lego: avec des centaines de ces petits triangles, on peut faire des tonnes de choses dont des animaux ou des végétaux: ce sera notre objective de demain, car fabriquer 400 de ces petits triangles prend un temps démesurément long …

Et j’ai fait mon premier curry vert thaï: tous les légumes étaient bien cuits (même ceux dont je ne connais pas le nom :-), peut être une minute de trop de cuisson: en revanche, j’aurai pu mettre un peu plus de curry. Néanmoins on s’est régalé!.

J+251 Huan Hin (toujours)
Puisque nous avons respecté la demande du gouvernement i.e. rester confiné ce weekend, pas de couvre feu ni confinement annoncés, nous partons donc déjeuner au resto et passer l’après midi à la plage. Comment ? Les restaurants des hôtels (peut être pas tous) acceptent les clients à la journée. Nous retournons donc au Hyatt. Nous sommes les seuls au restaurant, il y a très peu de client, on est tellement désolé pour le staff, encore nombreux, qui n’a rien ou pas grand chose à faire: mais il restent très gentils,très souriants, très attentionnés. IL y a beaucoup de vent sur cette cote et c’est une des paradis du kite surf: il y a une école proche du Hyatt, Vincent est entrain de se renseigner pour apprendre à en faire. Il y a donc des vagues et beaucoup de courant, Alice ne se baigne pas et tous les 3, avec Zoé on se régale. La mer est toujours aussi belle et agréable, il n’y a pas de méduses.
En rentrant à la maison, j’assiste à mon premier cours de pilate via Skype avec les cops dont Alix, notre prof. Quel plaisir de retrouver les copines ! et le cours est super, j’adore. Qu’est ce que le sport (ou simplement le faire de bouger? ) me manque …

J+252 Hua Hin (encore)
Aujourd’hui c’est cuisine: ça commence avec les petites miss qui nous font un super gâteau du petit dej (sans oublier la levure cette fois-ci), on continue avec des tops shake mango ananas (on a pris cette petite habitude depuis quelques jours), on continue avec des pancakes pour le gouter et enfin une super tarte à la ratatouille (sans courgettes on a acheté que des concombres :-). En plus ce fut une super journée: l’école s’est bien passé, puis on a longtemps joué dans la piscine, essayé à nouveau de fabriquer des choses avec nos origami modulaire (quelle galère e truc) puis piscine puis apéro copains puis délire danse avec les filles … bref une excellente, vraiment excellente journée.

J+253-254-255 Hua Hin (toujours)
Nos journée sont rythmées de la même façon: homeschooling le matin après le petit dej, jus de fruits frais à midi, déjeuner puis piscine ou dessin animé ou courses, puis piscine, apéro (avec ou sans les copains, la famille, toujours en vision) et diner.
Je tourne en rond, je n’arrive pas à me motiver pour aller visiter les coins à voir dans la région: on a le droit de bouger et de se déplacer mais je n’arrive pas à mettre le programme au point. Faut dire que les news changent tous les jours, les cas augmentent partout sur la planète et petit à petit je réalise que nous allons rester bloqué ici également au mois de mai: on va donc rater le Vietnam, je suis triste…
Depuis 2 jours Alice a une otite alors on laisse tomber la plage aujourd’hui on va seulement aller faire quelques courses.

Mais si moi je tourne en rond, il en est pas de même pour la famille: les filles sont très heureuses de s’être posé et elles jouent et jouent et jouent encore. L’école se passe très bien, elles ne rechignent plus. Pour un peu agrémenter leur quotidien, on a trouvé des exercices en ligne, elles adorent. Elles sont adorables et même si parfois évidemment elles se disputent ce n’est rien en comparaison avec ce que l’on a connu. D’un point de vue familial la vie est très cool. Vincent, le casanier, est aussi content de s’être posé.

Et puis bien sur nous avons plus de temps pour analyser la situation et se demander ce que l’on va faire à la fin de ce TDM. Si moi je n’avais, avant même de partir, aucune envie de rentrer, Vince est maintenant sur la même longueur d’onde: la gestion de la crise en France vue d’ici pourrait refroidir même le plus chauvin! Je ne dis pas qu’ici c’est mieux, je me demande simplement quand et surtout dans quel état la France pourra repartir, si elle le peut! Alors on a commencé à postuler pour des postes en Asie… moral dans les chaussettes, j’arrête pour aujourd’hui.

4 réflexions sur “Carnet de voyage | LA PAUSE – mars, avril 2020

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s