Carnet de voyage | Polynésie – nov 19

J+119 réveil à Papeete
Nous sommes arrivés à 1h00 du mat à Papeete…

drôle d’heure pour voler mais on n’avait pas le choix. Heureusement l’appartement que nous avions loué pour les deux nuits suivantes était libre et nous avons donc pu finir notre nuit dans un super appart, immense et très bien équipé. Tupuhina, notre hôtesse est charmante.
Papeete est notre première ville depuis Ushuaia, nous avons donc besoin de faire des courses … Maillots de bain, masques, tuba… des choses qui nous font très plaisir à acheter 🙂

Nous découvrons le marché central (j’en avais gardé un super souvenir de mon passage 18 ans auparavant, tout pareil) et nous y déjeunons du traditionnel poisson à la Tahitienne : Vince adore, les filles moins.

On y achète aussi nos premières fleurs de Tiaré: ça y est les filles sont couleur locale

L’après-midi nous avons rendez-vous chez un osteo à Pirae, à quelques km de Papeete : Vincent a mal au dos depuis 1 mois ce qui a une incidence sur son humeur parfois ! J’ai pris deux rendez-vous qu’Alice et moi nous sommes partagés.
Quel bien fou ! un excellent ostéopathe, une très bonne idée.

Nous voilà donc reparti sur de bonnes bases, on fête cela aux roulottes le soir même avec … un poisson à la tahitienne !

J+120 Papeete
Dernière journée à Papeete : Vincent essuie une déconvenue chez le tatoueur : il apprend qu’il n’aurait pas le droit de se baigner pendant plus de 10 jours. En plus, chaque tatouage tahitien est différent car après avoir décidé des valeurs ou message qui composeront le tatouage, il faut justement composer tous ces éléments dans une forme ou un dessin précis. Chaque tatouage est donc différent et propre à chacun. Vincent est déçu et on repart donc avec l’adresse d’un tatoueur polynésien basé à Marseille… On continue notre balade dans Tahiti, la plage, les jardins publics puis le musée de la perle, très instructif et bien fait. On y apprend plein de choses : il faudra juste trouver le temps de visiter une ferme perlière afin de voir tout cela de nos propres yeux. On finit nos derniers achats (masques, tuba etc).  


Enfin, le soir on se régale de salade a la tahitienne et de beignets de banane (firi firi)

J+121 de Papeete à Tahaa
Départ pour Tahaa, ile vanille. Pour moi Tahaa ressemble à une huitre perlière, c’est une ile magnifique. 18 ans après, pas par la mer cette fois ci mais par la terre … je ne sais à quoi m’attendre. Nous faisons nos derniers achats avant de quitter Papeete notamment de la laine pour des bonnets : l’excuse : nous avons laissé nos bonnets a Puerto Montt ! Il en faut de nouveau pour la Corée du Sud ! Ce matin on retourne acheter de la laine pour finir … nos œuvres 😂.
Après un court vol,

nous voici arrivés sur Raiatera. Un transfert en bateau nous amène jusqu’à Tahaa où Frédéric, notre hôte vient nous chercher et nous fait découvrir notre demeure pour les 3 prochains jours : un superbe bungalow de deux chambres au milieu d’une végétation dense, dans une belle propriété. Nous sommes en demi-pension donc pas de cuisine pendant 3 jours ! youpi 🙂

Ce soir nous serons seuls au diner, les autres bungalows sont vides et on va passer une excellente soirée à rigoler avec les filles : on se prend de sacrés fous rire. Il faut dire que la tradition de la pension est de gouter différents rhum à l’heure de l’apéro et dans habitude les deux petites rhum passent bien 🙂 et on manque sérieusement d’entrainement ! Après avoir couché les filles, on admire le ciel étoilé : une véritable merveille, un ciel magnifique un nombre d’étoiles incalculable

J+122 Tahaa
Nous avons visité Tahaa par la terre. Et ce fut une journée bien culturelle. Nous avons commencé par la vallée de la vanille, plantation qui se visite et offre des visites guidées : nous avons ainsi appris à planter de la vanille de Tahiti, la polliniser, la récolter, la sécher, la masser, et la préparer. Tout s’utilise dans la vanille pour en faire de la poudre, de la pâte, à faire macérer dans du rhum ou encore pour parfumer les plats. Les filles ont posé des tonnes de questions, et franchement, cette visite les a passionnées.

La route et les paysages sont magnifiques et on fait des stops à la demande

La visite de la plantation vanille a énormément plu aux filles, bien plus que la distillerie de rhum, Pari Pari, où nous sommes ensuite allés. Nous on a adoré. C’est une petite distillerie, 10 000 bouteilles de rhum par an où tout est fait dans le respect de la nature. Le propriétaire est un fin connaisseur et a mis au point son propre alambic qui est breveté. Le rhum qui sort de ses tonneaux en fut de chêne est excellent. On a gardé les coordonnées :-). Mais on y a aussi appris à faire de l’anti moustique naturel et de l’huile de coco. Le rhum est fait à partir de la canne à sucre de Tahiti et il a été médaille d’or cette année au concours agricole. Les filles y ont appris à coller des étiquettes, avec du lait, comme autrefois. Nous nus avons gouté le rhum à 55° et il était divin.

On a fini cette journée culturelle en poussant jusqu’à la ferme perlière de 90 hectares de concession marine, ce qui en fait la plus grosse ferme de tout la Polynésie. Ils vendent entre 300 et 400 000 perles par an ! mais vendredi fin d’après-midi tout le monde était parti, sauf notre guide. Cela a tout de même complété nos connaissances acquises au musée de la perle à Tahiti !

Sur le retour, nous nous sommes baignés et à nouveau nous avons admiré corail, bénitier, et poissons. Des magnifiques, dans les tons bleus mais aussi avec du blanc, du transparent, du jaune et du rouge : on apprendra demain qu’ils s’appellent les Balistes Picasso : une pure beauté.
On a aussi pu voir un poisson pierre et on a bien mis en garde les filles.

 Nous sommes rentrés à la pension pour un super repas, précédé d’un apéro de rhum.

J+123 Jardin de corail et pique-nique sur un motu de Tahaa
Une journée de rêve ! Nous sommes partis avec Frédéric, notre hôte pour le jardin de Corail de Tahaa, sur son bateau, avec Ronald, un pécheur tahitien qui nous a guidé dans le jardin.

Alice et Zoé étaient bien motivée, malheureusement, certainement dû à l’équipement, Zoé a préféré rentrer : Frédéric s’en est chargé pour nous laisser le plaisir de nager dans les coraux. Et ce fut un merveilleux snorkelling. Une raie s’est jointe à nous pour toute la durée de la plongée ! Une magnifique raie que nous avons pu caresser : quelle beauté de la voir nager, comme une danseuse … et puis nous avons vu des tonnes de poissons de toutes les couleurs et formes : c’était magique ! Mes poissons préférés de la journée : des Baliste Picasso ! et la raie bien sûr. Nous avons aussi vu de longs poissons très fin, des poisson flute, des bénitiers, des anémones, énormes et donc un poisson clown (némo). Et puis Alice a paniqué car la raie nageait vraiment près de nous : Vincent l’a donc raccompagnée au bateau et m’a rejoint pour un dernier tour dans le lagon. Nous sommes ensuite allés prendre l’apéro dans la piscine du lagon, apéro à base noix de coco et bière.

Ronald est parti chercher des noix de coco sur le motu afin de : nous faire gouter l’eau, déguster de la chair de coco et enfin râper et presser la coco pour faire du lait à ajouter à la salade de poisson à la tahitienne ! Un régal, dégusté sur le motu ! Ronald a joué du yukulele, nous avons bullé dans la piscine, Alice a appris à râper la noix de coco et a fait une très belle coupe en bois de coco.

Zoé s’est baigné toute la journée. Nous nous sommes baladé sur le platier pour aller admirer la barrière de corail et après une dernière baignade nous sommes rentrés à la pension.

Ce fut une magnifique journée, on a tous passé une excellente journée, et on a pris plein de couleurs !

J+124 immigration à Raiatea
Nous découvrons notre superbe loge sur une plage dans le sud-est de l’ile. Notre hôte, Cyril est charmant et l’accueil est très agréable. Après un long déjeuner, nous partons visiter les marae, centre religieux au centre du triangle polynésien et nous empruntons le chemin spirituel avec une vue sur la baie absolument époustouflante : d’ailleurs on voit le motu sur lequel nous irons déjeuner demain !

Très belle balade avec les filles, elles se régalent et on découvre ensemble de magnifique arbres et les crabes de terre.

Retour à la pension pour une soirée calme après un petit bain à la plage. La route est superbe. L’ile est un peu moins sauvage que Tahaa mais tout aussi jolie et fournie en terme de végétation : toutes les couleurs, toutes les fleurs, arbres, végétaux bordent la route. C’est magnifique.

Notre hôte nous explique que Raiatea est au centre du triangle polynésien formé par Hawaï, la Nouvelle Zélande et l’Ile de Pâques. A ce titre, ce fut le grand centre religieux de la zone il y a plus de 1000 ans, quand furent construits les marae, plateformes rectangulaires de pierre noire, sur lesquels on retrouvait des stèles et des tiki (symbole de la force). Ça nous a rappelé les plateformes de l’ile de pâques avec les moais. Les deux on le même nom, Ahu.

J+125 canoë et déjeuner sur le motu
Une fabuleuse journée avec les filles qui nous ont fait rire mais aussi fait devenir chèvre. Tellement heureuses et excitées de faire du canoë elles ne sont pas redescendues de la journée. Nous avions un canoé double et un simple, c’est Vincent qui a géré le double.

Nous avions prévu de déjeuner au Motu donc on a emmené le dej : on était au top : saladier en porcelaine (pour le taboulet) et petite assiette en porcelaine aussi pour le repas de Zoé : à la pension ils n’avaient pas de tuperware :-). Et on a ri, beaucoup ri, et encore plus, à l’aller comme au retour. Une fois sur le motu nous avons fait du snorkelling et admiré les poissons et les coraux. On a déjeuné assis sur un canoé renversé et nous sommes rentrés tranquillement. Enfin pas pour Vincent qui a annoncé qu’il était au bout de sa vie avec les 2 filles en Folaii ! Alice a fini à l’eau ! Moi plus tranquille sur mon kayak, j’ai pu admirer 12 raies qui nageaient dans le lagon, jusqu’à 3 en même temps, c’était magnifique.

Nous sommes ensuite allés faire quelques courses, notamment un disque dur car j’ai perdu è jours de photos en Argentine, gouté en ville et nous sommes rentrés. C’était une très belle journée et on a remercié les filles !

J+126 Départ pour …Bora Bora
Aujourd’hui je suis très excitée, nous partons à Bora Bora, surnommée la perle du Pacifique. C’est un vol court de 15 min qui nous fait d’abord survoler le lagon de Tahaa et Raiatea, puis une partie du lagon de Bora Bora avant d’atterrir sur un motu, uniquement dédié à l’aéroport. Il a été construit par les américains lors de la seconde guerre mondiale après que les Japonais aient attaqué Pearl Harbor. Bora Bora devait devenir leur nouvelle base. Et nous devons ensuite rejoindre Vaitape (la ville principale) par une navette aquatique ! Cette arrivée en jette carrément …

Notre hôtesse vient nous chercher au quai et nous amène dans notre nouveau logement.

Notre appartement est sympa mais sur la colline et sans vue. Vu les prix pratiqués on va s’en contenter mais … quelques regrets tout de même. Notre hôtesse, Moea, ne nous ne laisse pas le temps de réfléchir et ni une ni deux nous voici à la plage Matira la plus belle plage de l’ile, plage de sable de corail, dans le lagon … Nous déjeunons au snack, pieds nus, les filles attendent le repas dans l’eau. L’air est à 30, 32, l’eau à 28. C’est magnifique et magique. En fin d’après-midi, Moea passe nous reprendre et nous rentrons diner sur la terrasse des bungalows : nous sommes seuls. La nuit tombe très tôt (18h30 max) et c’est vraiment tout noir.

J+127 Bora Bora
On fait l’école ! et oui même à Bora Bora, à la demande des filles on s’y colle pendant 1 heure. Elles bossent un peu moins bien que la dernière fois mais nous on est aussi moins patients : on veut profiter :-). Devoirs finis on repart à Matira (en stop car les prix de loc de vélos ou voiture ou scooter ou tout autre moyen de transport sont exorbitants) passer la journée : on déjeune au même snack que la veille. Mais aujourd’hui l’objectif principal est de déménager : en effet, par le plus grand des hasards on découvre que notre hôte a une grande maison en bordure de lagon : l’appartement du haut est dispo avec une grande terrasse extérieure, ponton privé pour se baigner … une vraie folie mais a un prix que nous jugeons raisonnable 🙂

Donc dès notre retour de Matira (toujours en stop, c’est le bus scolaire qui nous prend)

et après avoir acheté des firi firi, beignets tahitiens que nous adorons, nous déménageons : les filles se plongent dans Moana (ou Vaiana) car cela se passe en parti sur le lagon de Bora Bora et nous nous allons nous baigner sur notre ponton privé ! baignade récompensée par la venue d’une superbe raie armée de taille imposante et qui nous ignore superbement. Il est 18h00, on remonte sur la terrasse : je garde en mémoire les recommandations des Tahitiens il y a 18 ans : ne te baigne pas à la tombée de la nuit, c’est l’heure de la chasse pour les prédateurs qui par la passe du lagon, viennent chasser. Et toutes la soirée, ça a chassé en masse. Nous, nous avons tranquillement diné sur une des tables de notre terrasse gigantesque !

J+128 Jardin de Corail de Bora Bora
C’est un moment tant attendu : par moi car j’ai adoré découvrir ce jardin il y a 18 ans mais aussi parce que je sais que la famille va adorer. Mais avant d’y arriver nous devons – faire du Stop jusqu’à la plage Matira, – louer les Kayak, et ramer jusqu’au jardin de corail. En 1 heure 30 tout est plié (c’est la camionnette de livraison qui nous prend en stop)!

Quelle efficacité 🙂 et c’est parti pour une plongée dans ce bout de lagon simplement merveilleux.

Des tonnes de corail et donc des centaines de poissons, de toutes les tailles, de toutes les couleurs. Tellement nombreux. Mais les touristes aussi : tous les bateaux de l’ile amènent en permanence les touristes, donc il y a presque autant de plongeurs que de poissons 🙂 inconvénient : les anémones ont disparu, les coraux sont bien abimés. Les avantages : les plongeurs tahitiens attirent les poissons avec des sardines et donc encore plus de poissons viennent, même manger directement dans la main ! et puis un autre plongeur nous a présenté une murène, une grosse et longue qu’il a fait sortir de sa grotte plusieurs fois. C’est lui qui nous a confirmé que les anémones avaient été retirée pour leur protection, elles sont notamment dans les lagoonarium des grands hôtels … Fort de notre expérience de pique-nique sur les motu, nous avons remis ça et déjeuné à l’ombre d’un arbre.

Fin du déjeuner, nous sommes retourné plonger, encore et encore. Les filles sont de véritable plongeuses, elles adorent, Zoé pousse parfois des cris de bonheur et remue les jambes à en effrayer tous les poissons : c’est juste qu’elle adore et vit le moment à 100 000%. Alice a elle chaussé les palmes prêtées par notre hôte et n’a pas arrêté de nager, plonger, filmer avec la Gopro, et recommencé. Et on a encore plongé et encore plongé… on est resté au moins deux heures dans ce jardin de corail. De retour chez le loueur de Kayak, nous nous sommes baigné pendant les heures suivantes dans l’eau limpide et transparente du lagon : en fait on ne nage pas, on reste simplement dans l’eau et on discute, on admire, on profite, on est bien …

on a dû quitter la plage à cause de la pluie et c’est en taxi cette fois que nous sommes rentrés, en faisant un petit arrêt au firi firi nos super beignets. Diner tranquille à la maison.

J+129 Bora Bora
Le temps est très maussade ce matin et même pluvieux. Notre plan de Moorea est tombé à l’eau (le Tiki village a annulé sa soirée) donc on réorganise la fin de notre séjour en Polynésie. On va rester quelques jours de plus à Rangiroa :-). Donc ce matin on réorganise un peu nos prochains jours : tout marche comme sur des roulettes et nous partons manger … non un poisson cru à la tahitienne (on n’arrête pas) mais un … kebab !. Très bon !
Nous partons découvrir le nord de l’ile : nous avons un objectif : aller chez la mamie qui fait les paréos elle-même, en stop. Et on y arrive alors qu’on n’a même pas d’adresse !

et on passe un moment incroyable avec la mamie (toute jeune) qui non seulement fait des paréos, des robes, des tops, mais aussi des paniers en feuille de cocotier, des chapeaux, des couronnes de fleurs, des petits jouets (toujours en feuille de cocotier) etc. Elle peint les paréos et vêtements avec des couleurs à base de pigments naturels. C’est vraiment magnifique. Elle nous apprend aussi à nouer les paréos, enfin les nouages faciles et nous apprend qu’il y en a au moins 500 ! Alice joue les mannequins, zoé boude, trop petite pour le mannequinat 🙂 🙂


On repart avec un paréo, un ensemble bustier paréo enfant pour Zoé et en cadeaux : des fruits, un chapeau en feuilles de coco, une couronne de fleurs, deux couronnes de coco pour les filles, des jouets en feuille de coco, et un panier en feuille de coco ! on a été très gatés.

On refait ensuite du stop pour découvrir une plage conseillée par notre hôte : elle ne nous plait pas : nous refaisons donc du stop avec pour destination la plage de Matira que l’on rejoindra avec deux voitures différentes.

L’eau est belle, pas de vagues, les couleurs sont magnifiques. Une famille en tour du monde nous rejoint vite et on passe un très bon moment à papoter… de nos tours du monde. 

On rentre en stop en faisant la connaissance d’un français à Tahiti depuis 20 ans qui rentre en France s’installer à Aix en Provence : et donc on papote encore et encore, il nous ramène finalement à la maison. Petit diner tranquille sur notre terrasse avec un superbe coucher de soleil.

J+130 Rangiroa, pension de Punua et Moana
Après que les filles aient travaillé, c’est un court vol de 1h00 environ qui nous emmène dans le plus grand des atolls des Tuamotu. On quitte Bora Bora le coeur un peu lourd, on a adoré notre séjour dans cette ile.

Nous avons choisi cet atoll sur les recommandations de mes parents qui y sont venus 18 ans auparavant : ils nous ont aussi indiqué une pension où ils avaient passé de merveilleux moments : Chez Punua et Moana. C’est toujours ouvert, on y a réservé 3 nuits. Elle est située dans le lagon vert, à en bas à gauche sur la photo ! On a hâte !

On vient nous chercher à l’aéroport et on nous fait faire un petit tour. C’est ensuite Laetitia, la fille de Moana et Punua qui vient nous chercher en bateau : leur pension est de l’autre côté de la passe d’Avatoru, accessible uniquement en bateau. 3 dauphins viennent nous faire la fête en bas de la passe, il parait que c’est très rare et les Toumotu dans le bateau nous annoncent que nous sommes très chanceux. Et on découvre notre bungalow sur le lagon vert, on est là pour 3 jours de farniente. Il n’y a pas de wifi, pas d’électricité la journée, seulement un groupe électrogène qui tourne le soir, pas d’eau chaude mais une salle de bain magnifique et un lagon avec une eau limpide, des poissons à foison, des cocotiers magnifiques et la passe d’Avatoru que l’on peut admirer à loisir. Le temps s’arrête et on profite. Baignade l’après-midi, petit rhum arrangé fabriqué par les soins de Vincent pour l’apéro et diner de poisson concocté par Laéticia : le paradis.

J+131 Rangiroa
Réveil à 6h00 pur moi et premier plongeon dans la mer : elle est tellement bonne que l’on ne se pose aucune question, on y passe la journée sans problème. Et c’est d’ailleurs ce que l’on va faire : se baigner et profiter de cet endroit idyllique toute la journée.

On admire les poissons visibles à l’eau nu, on se familiarise (très peu) avec les requins pointe noire, des requins de récifs apparemment inoffensifs (on est sceptique), les mulets, les murènes de roche (toutes blanches et qui elles aussi seraient inoffensives…). Lorsque les filles nous rejoignent pour se baigner, on en profite pour faire un petit cours de physique sur la poussée d’Archimède. Bien sûr Alice a déjà vu cela mais ne s’en rappelait plus.  Plus tard au cours de la baignade, Alice revient à la charge avec la poussée de Mohamed (!) et c’est parti pour un immense fou rire.

Le weekend c’est la fête à la pension, les habitants de l’atoll se retrouvent souvent au lagon vert pour pique-niquer et faire la fête. Hier c’était le personnel de l’aéroport, aujourd’hui ce sont les gendarmes. Nous déjeunons tranquillement à l’ombre des cocotiers.

Toute l’après- midi, Punua, Moana, JJ, Laeticia et d’autres Tuamotu chantent les chansons tahitiennes au son du Yukulele. Nous sommes dans l’eau, nous les écoutons. Les filles jouent avec les enfants présents dont Tagihina, le petit fils de Ponua et Moana et tout le monde passe une fantastique journée.

On va de l’autre côté du lagon pour admirer la passe, essayer d’apercevoir des dauphins à nouveau, marcher sur le platier et admirer les poissons perroquet.

On pousse jusqu’au bateau échoué et on admire un somptueux coucher de soleil. On dine à nouveau de poisson préparé par Laeticia (un mi cuit de thon rouge : on verse de l’huile d’olive extrêmement chaude sur le poisson cru) après notre petit rhum. Une journée merveilleuse, oisive à souhait.

J+132 Rangiroa
Ce matin nous partons visiter la ferme perlière, la dernière de Rangiroa, après un bon bain dans le lagon.

La visite est très instructive et cette fois ci nous pouvons voir la greffe de l’huitre en direct. Alice et Zoé posent des questions, et trouvent cette visite très intéressante. Vincent m’offre un bracelet avec une perle noire, je suis si chanceuse et heureuse.

On est vraiment bien dans ce tour du monde et depuis que nous sommes arrivés en Polynésie enfin Vincent se pose. Pour la première fois depuis le départ, il vit au jour le jour, il est dans l’instant présent. Et c’est super cool. Nous rentrons à la pension pour le déjeuner et nous passons à nouveau l’après-midi à nous baigner : cette fois ci nous prenons les masques et les palmes pour visiter le lagon et admirer ses poissons. Nous essayons d’aller jusqu’au parc-piège à poissons mais le courant est bien trop fort, les murènes impressionnantes, autant que les requins … on décide de rentrer, c’est suffisant pour aujourd’hui ! On se lance dans l’apprentissage du paddle avec JJ (pour Jean Jacques !) un Touamotu digne de Mao’hi ! Et à nouveau on rigole énormément car Vince a du mal à garder l’équilibre sur la planche alors que pour nous les filles, pas de problèmes J il invoque alors sa masse musculaire (!) et nous explique que forcément la planche coule car il est trop grand ! On n’est pas convaincue 🙂

C’est notre dernière soirée à la pension, Moana nous gâte avec un excellent carpaccio de thon rouge à l’huile d’olive et citron, oignons doux, poivrons, poivre et un poisson du récif en sauce : on pensait que c’était les perroquets pêchés plus tôt dans la journée et dont on a assisté à l’écaillage mais non. On se casse le ventre tout de même.

La nuit étoilée est superbe et on réalise que les repères pour savoir si nous sommes en lune montante (vers la pleine lune) ou descendante sont inversés par rapport à l’hémisphère nord !

J+133 Rangiroa
Aujourd’hui nous changeons de pension et on s’installe en face de la passe de Tiputa et ce pour plusieurs raisons :

  • Le Tiki village ayant annulé notre soirée tahitienne à Moorea la semaine dernière, nous avons donc décidé de prolonger notre séjour à Rangiroa. 
  • Réservation d’une pension au dernier moment proche de l’hotel Kia Ora pour assister au spectacle de danses tahitiennes
  • Admirer les dauphins de la passe
  • Trouver une pension un peu moins chère.

Nous quittons donc Punua, Moana et le lagon vert.

Nous habitons donc maintenant du côté de la passe de Tiputa, à une dizaine de km de notre ancien logement. On est chez Ura, belle fille de Glorine qui tient une pension depuis plus de 35 ans ! on est reçu comme des rois et la maison est très belle, grande et tout fonctionne parfaitement. Nous n’avons plus de moustiquaire 🙂

Après un déjeuner au snack du coin, et alors que les filles préfèrent rester à la maison, Vince et moi décidons d’aller sur le motu en face en afin d’admirer l’aquarium naturel dont on nous a beaucoup parlé. Et c’est le seul moment où nous pourrons y aller ! Comme on est proche de la passe et qu’il y a beaucoup de courant, on décide de ne prendre qu’un kayak à deux : ce sera plus facile pour ramer … On attend le motu sans problèmes, pose le kayak sur le sable et partons à la découverte de la faune et flore à la sortie de la passe : très poissonneux, nous retrouvons toutes les espèces que nous avions déjà vu à Tahaa et Bora mais aussi de très jolis fonds marin et … de grosses murènes sur la défensive et des requins pointe noirs impressionnants et très proches de nous : tellement proches que la trouille nous prend et nous reprenons notre kayak pour rentrer. Seulement voilà, nous avons mal calculé le chemin du retour, les courants et surtout l’eau dans le kayak qui se rempli, rempli, rempli … et nous coulons à l’entrée de la passe !!!une grosse patate se trouvait sur notre chemin on a tout fait pour la rallier, Vincent s’y accroche, le kayak est sous l’eau complètement, entrainé par les courants …. Mais on est soulagé et on rigole ! Un impressionnant Zodiac à fond rigide rempli de plongeurs passait par là … et nous demande si tout va bien. Vince répond… OUI !!! et moi je le regarde, je nous regarde et je réponds NON, NON ça ne vas pas du tout ! Mais avec le sourire (nerveux ?)! le Tuamotu à la barre acquiesce (comment peut-on dire que tout va bien quand on est naufragé sur une patate …) et effectue un vrai sauvetage en mer, le kayak, les serviettes, les masques et les tubas et .. nous. On est très heureux et on en profite pour faire un tour dans un somptueux bateau ! Il nous dépose à la pension et on se fait engueuler par Ura : de vrais touristes qui ont oublié de réfléchir 🙂 Heureux que les filles n’aient pas été avec nous, on leur raconte notre mésaventure autours d’un petit rhum et un repas tranquille à la maison. Pour couronner le tout, aucun des films de la Gopro est bon on a donc zéro souvenir… on se console en regardant les étoiles le ciel est magnifique.

J+134 Rangiroa
Une super journée et une mauvaise fin de soirée, voilà la couleur de ce dernier jour à Rangiroa. Nous avons réservé une sortie en mer pour aller admirer les dauphins à la sortie de la passe, l’ile au récifs de l’autre côté du lagon, pique-nique sur le motu de Leon et retour.
Pendant que nous attendons Leon qui organise cette journée, nous écoutons un Jam de chansons tahitiennes au son du Yukulele. Il fait beau, on est bien. Et c’est parti : sur le bateau on reconnait un couple qui logeait au même endroit que nous à l’ile de pâques.

Très vite on arrive à la sortie de la passe et les dauphins sont là. Ils ont envie de jouer avec le bateau.

Leon me laisse aller à l’avant et me voici la tête en bas entrain de papoter avec les dauphins : ils sont nombreux et nous régalent.

On reste un grand moment à les admirer avant de foncer (c’est le terme, le bateau fonce réellement) à l’ile aux récifs. On s’y balade, on fait des photos, on se baigne dans les différentes piscines crées par une montée de la plaque tectonique de Tahiti sur celle de Rangiroa il y a des millions d’années.

On pèche des bénitiers pour l’apéro, ces beaux coquillages aux lèvres si colorées et … on les mange ! Arrosé de citron, c’est très bon ! Pour les végétaliens, il y a de la noix de coco …Alice en a ramassé une, Vince l’a ouverte selon la méthode de Ronald apprise à Tahaa et Alice fait gouter l’eau de coco à tout le monde ! Nous nous dirigeons ensuite vers la lieu de notre pique-nique : un somptueux pain de coco nous attend ainsi que du poisson cru, du poisson grillé, du riz au maïs et un gâteau à la banane ! Alice fait copain – copine avec un Bernard l’hermite …

Et Zoé nous fait un défilé de mode …

Les restes sont jetés aux requins pointe noire et c’est un nombre impressionnant qui vient les dévorer !

La digestion se fait en fabriquant des sacs à main en feuille de coco, mais aussi des chapeaux, des plateaux … bref, atelier tissage !

Sur le chemin du retour, nous nous prenons un méga orage sur la tête, il fait un peu froid, il y a de la houle mais Leon est un excellent barreur ! Nous retournons à la passe admirer les dauphins qui cette fois jouent avec les vagues : le spectacle est grandiose ! beaucoup de dauphins, de grands sauts et nous sur le bateau : ho, ha, etc…un vrai régal. Et nous apprenons que la journée se termine avec un tour à l’aquarium ! ravis car cette fois nous allons pouvoir bien utiliser la Gopro et en groupe… les requins… même pas peur !  On va snorkeller pendant une bonne heure et c’est un grand moment. Les filles ne sont pas en reste et se régalent. Zoé est toujours aussi exubérante sous l’eau on entend donc des cris, des battements de pieds, de mains. Bref elle adore. Alice est moins démonstrative mais tout aussi excitée.
La sortie s’achève, nous rentrons rapidement à la maison, douche et diner eux aussi rapides car ce soir, nous allons en vélo admirer les danses polynésiennes à l’hotel kia or, le grand hôtel de Rangiroa. On s’est fait beaux, on a toutes les 3 sorti les robes, Vince la chemise…. La famille a adoré le spectacle moi non mais je suis beaucoup plus difficile car j’avais assisté aux danses du Hieva il y a 18 ans, les plus belles danses tahitiennes qui existent.

Nous rentrons à la maison toujours en vélo et pour éviter que Zoé s’endorme, nous chantons tous les 4 à tue tête sur la route noire de Rangiro. ET catastrophe : le pied de Zoé se coince dans la roue arrière entre les haillons et le cadre : on réussit à la dégager au bout de 10min, elle pleure, elle crie, elle a mal car elle est très éraflée, la cheville est enflée. Un Tuamotu que nous arrêtons sur la route ramène Vince et Zoé à la maison pendant qu’Alice et moi ramenons les vélos. On arrive à coucher Zoé au bout d’un moment à coup de doliprane et arnigel sur la cheville: Alice est toute chamboulée d’avoir vu sa sœur en si mauvaise posture et nous on est bien malheureux. On espère que c’est simplement un gros hématome et que la plaie est superficielle … on se couche tout triste.

J+135 Fin de notre séjour en dans les iles de la société et les Tuamotu : c’est sur on reviendra !
La cheville de Zoé n’est pas jolie à voir, on prend rendez-vous avec Ines à Papeete pour ce soir, avant notre avion pour la Nouvelle Zélande. Ines est un médecin espagnol qui était au Lagon vert avec nous : on avait sympathisé avec ce couple très sympa et j’avais donc ses coordonnées. On souhaite qu’elle ausculte la cheville de Zoé. Zoé marche presque correctement, on pense que c’est plus un gros hématome qu’autre chose mais on veut quand même un avis médical.

J’ai le moral à zéro. Il ne fait pas beau. Nous quittons Rangiroa avec des colliers de fleurs offerts par Ura

Mon petit bout a mal et on quitte ce paradis sur cette note. Elle est très courageuse et Alice lui change les idées et s’occupe d’elle tout le temps mais bon… Vincent culpabilise beaucoup (c’est lui qui la chalait – l’avait sur son porte bagage) et avoue que c’est la première fois depuis le début du tour du monde qu’il n’a pas envie de quitter un « pays ».

Vincent me promet que l’on reviendra et pas dans 25 ans, je pense qu’il est triste aussi.

Les filles sont heureuses car dès demain on a un camping-car pendant 3 semaines … bref on n’est pas tous sur la même longueur d’onde…. Il nous reste une soirée à Papeete que l’on optimise au max grâce à Ines : en effet elle nous a confirmé que la plaie même si impressionnante est superficielle et rien n’est cassé seulement un hématome. On est très heureux et on ne sait comment la remercier : les filles lui offrent leur chapeau et sacs à main en feuille de coco (que nous devions de toutes les façons abandonner car non accepter en Nouvelle Zélande).

Et nous partons à l’intercontinental de Papeete passer cette dernière soirée car notre avion pour la Nouvelle Zélande est à 2h00 du mat. A la recherche d’un taxi c’est un couple dans un super gros SUV qui s’arrête et nous propose gentiment de nous déposer … directement à l’intercontinental. On n’en revient pas. On est très bien reçu et après le diner, les filles sont autorisées à se baigner.  Parce que les filles n’ont rien mangé (ou si peu) l’addition est revue à la baisse ! et on nous propose de patienter dans les salons (extérieurs). Tellement gentils et agréable, on décide que nous ferons une petite halte ici lors de notre prochain voyages dans les iles 🙂

Bilan de ses vacances au bout du monde

Ce qu’on n’a pas aimé : quitter les iles, les moustiques et l’accident de Zoé

Ce que l’on a aimé : tout le reste : les spécialités culinaires (poisson cru, cuit, firi firi), le snorkelling, les dauphins, les paysages, les fleurs, les odeurs, la gentillesse des tahitiens

Ile préférée : Tahaa.

Lagon adoré : Bora Bora.

Moment préféré : il y en a eu des tonnes mais l’après-midi à se baigner au lagon vert à écouter de la musique tahitienne restera gravé dans notre mémoire tout comme la journée de snorkelling et pique-nique sur le motu à Tahaa.

Alice : Alice pendant cette parenthèse polynésienne nous aura fait rire, beaucoup rire. La pré adolescence est arrivée c’est sûr ! Entre ses « l’accès à la mer c’est où ? » quand elle est face au lagon vert, « je ne veux plus me baigner car il y a des poissons dans la mer », la poussée de Mohamed (en lieu et place d’Archimède) … on rit et on se moque gentiment d’elle : elle prend tout avec le sourire et rigole elle aussi de ses inepties. Ce sont de bons fou rires en famille. Et on en reparle encore et elle garde toujours le sourire… elle est merveilleuse et tellement attentive à sa sœur, protectrice, et aimante.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s