Carnet de voyage: Guatemala | août 19

J+8 Nous entrons au Guatemala.
Un peu sur nos gardes questions sécurité, avec tout ce que nous avons lu et été avertis…
Les passeports sont tamponnés, le tampon est coloré et très joli. Nous voilà tranquille pour 90 jours.

On remonte dans le bus, un nouveau chauffeur. Je monte devant et je dévore le Guatemala des yeux. Pourquoi ai-je choisi ce pays : je ne sais, comme la suède à une époque, c’était un choix évident. La végétation est toujours aussi luxuriante, verte, toutes les sortes de verts, un méga printemps sans ville, sans maisons et à perte de vue. Le Guatemala est plus vallonné que le Belize qui était plat mais les paysages entre aperçus le long de la route sont à couper le souffle. Les arbres sont grands, beaux, de toutes sortes, je suis aux anges. J’essaie de voir pour la timidité des cimes mais le bus va trop vite. Nous avons toujours des palmiers et des bananiers, pour le reste je ne les connais pas mais c’est beau, vraiment très beau. De temps en temps nous traversons un village ou longeons des maisons : c’est pauvre, très pauvre. Les cahutes sont faites de bois et tôle ondulée, ou bois tout seul, parfois même ravagé, les écoles tombent en ruine, seuls les églises sont étincelantes et les cimetières en bordure de route à l’entrée ou sortie du village, entretenus (pour la plupart).
Le chauffeur de notre chicken bus nous dépose très gentiment à la Posada del Cerro. Un peu en dehors du village d’El Ramate, nous sommes au milieu de la nature, dans de très belle cabanes recouvertes de branches de palmier et au bord du lac Peten Itza. Le site est magnifique, les cabanes extraordinaires. Les filles sont enchantées, nous avons une cabane à deux étages. Les moustiquaires font leur apparition et Alice n’est pas très rassurée. Son père en rajoute : je me demande quelle nuit je vais passer. Alice adore la nature mais sans les insectes rampants, les insectes volants, les insectes grimpants, bref sans insectes … et sans animaux. Donc une moustiquaire n’est pas faite pour la rassurer … Mais sinon elle adore la nature !
Zoé elle s’en fout et avance son bonhomme de chemin !
Après un diner assez copieux à l’hôtel, nous partons nous coucher.

J+9 : d’El Remate à Tikal
Comme prédit, une nuit de misère. Alice nous a rejoint. A sa décharge, en descendant aux toilettes elle s’est trouvée nez à nez avec un scorpion, énorme selon ses dires. Et moi je lui dis dans mon sommeil : t’inquiète, il ne fait que passer … Donc je dors très peu, la moustiquaire me gêne. On se réveille tôt en fait puisque nous sommes au milieu de la jungle dans ces cabanes, donc le jour, les cris des animaux, le chant des oiseaux …. Après un déjeuner copieux, nous partons nous balader dans les environs : j’avais prévu une baignade dans le lac, lac Peten Itza, la famille n’est pas tentée alors que c’est magnifique. Bon le fait de savoir qu’il y a des crocodiles n’est pas fait pour les rassurer 🙂 On nous assure qu’il n’y a jamais eu d’accidents, Vincent ne désire pas lancer les scores :-). Après une rapide balade (je suis toujours sur mes gardes) nous déjeunons à l’hôtel avant de partir en taxi pour Tikal, cette méga cité maya.

Nous nous installons dans notre chambre et partons visiter l’entrée du parc seulement : nos billets sont valables pour le lendemain. Nous observons quelques animaux. Nous dormons dans la jungle, l’électricité, l’eau et le wifi sont restreints, Alice est rassurée car nous dormons tous les 4 dans la même chambre, au premier étage.
Vincent nous a booké un guide en français pour la visite de Tikal, la navette pour Flores et tout cela en négociant les prix : je suis impressionnée ! En prime il nous offre un caipirinha :-). Les filles sont bien et jouent ensemble. Alice a été merveilleuse aujourd’hui, curieuse, posant des questions, commandant (au restaurant) en espagnol, pas une seule crise ou colère, bref une fille sensass. Zoé nous fait toujours autant délirer entre ses looks, ses maux de jambes au bout de 2 mètres de marche et ses fous rire pendant les crises de chatouille. Une très belle journée tranquille

J+10 Tikal, Majestueux
J’attendais cette journée avec impatience. Tikal c’est l’emblème du Guatemala et lorsque l’on fait des recherches, c’est l’activité qui arrive en tête.
Rendez-vous avec Antonio à 7h45 pour un départ à 8h00. Antonio a déjà fait une rando de 2 heures dans le parc car on peut prendre des billets valables de 6h00 à 8h00 pour observer le lever du soleil sur le site et le réveil des animaux.
Et c’est vraiment une double activité : la découverte de la culture maya mais aussi des animaux de la jungle guatémaltèque. Sur la longue balade pour arriver au premier temple, nous aurons eu la chance d’observer un singe araignée, des coatis en pagaille (toute une bande, avec les bébés) – Alice et Zoé sont aux anges, on dirait des peluches … et puis selon Antonio, un insecte très rare, le bombixlaciocampide.
En revanche, nous n’avons pas eu la chance de voir ou entendre les toucans, panthères ou encore singes hurleurs… seulement deux jolies minettes entrain de se balancer sur des lianes … et un dragon qui se repose …

Coté découverte de la civilisation maya, nous apprenons pendant les 5 heures de balade. Et tout commence par MA I AB qui signifie « je ne sais pas » et interprété par les espagnols comme le nom du peuple qu’ils venaient de découvrir (MAYA).

La construction de Tikal a débuté 700 avant JC.  A son apogée, environ +800, il y avait 1M d’habitant répartis dans une zone de 24 km², 120 000 habitants dans le centre de Tikal.
Seulement 4% des temples de Tikal ont été découverts à ce jour. Il en est dénoté 26 000 au total. 16 carrières et 16 réservoirs d’eau: 138M litres complètent le site.
Le plus grand temple à ce jour est celui la reine mère serpent, l’esprit du serpent : 131 années pour le construire. Sa construction a démarré en 500 ap JC. Une des scènes de la guerre des étoiles se déroule sur le sommet de ce temple (tourné en 1979). Et on se demande si le personnage de Darth Vader n’aurait pas été inspiré par l’un des masques en photo ici ….

Nous nous sommes toujours demandé si les Mayas étaient grands car les marches dans les différents temples sont toujours très hautes. Notre guide nous explique qu’en réalité c’est pour que les personnes qui montent les marches des temples ou bâtiment officiels le fassent humblement en courbant la tête.
Enfin les plans de Tikal ont été réalisés selon la Constellation d’Orion. Les mayas construisaient les temples selon la direction Est ouest pour faire correspondre lever et coucher du soleil.
Après 10 km de marche et 31 étages montés ou descendus, nous passons l’après-midi à l’hôtel : les filles se mettent au travail et puis nous enchainons une partie de mikado (une première pour Zoé), des parties de UNO et on termine avec un film.

J+11 : découvertes et transfert à Flores
Après le chicken bus il y a 3 jours nous découvrons les Colectivo : ce sont des mini bus similaires aux chicken bus sans suspensions, sans clim (ou air), tout se joue avec les fenêtres, sans réservation, sans tickets, avec les enfants sur les genoux (car ils ne payent pas, sauf nous 🙂 mais on apprend) et qui roulent à tombeau ouvert avec une vingtaines de personnes à bord quand les sièges officiels indiquent 11.  Tout cela avec de la musique et les rires de Zoé car la route ressemble à des montagnes russes. On observe les autres passagers avec les filles : les Guatémaltèques sont toutes bien habillées, coiffées –les cheveux relevés- et la plus part sans boucles d’oreille. Après un trajet d’un peu plus d’une heure nous voici déposés à la gare routière de Flores ou comme par enchantement les tuk-tuk font leur apparition. Et nous voilà embarqués dans ce véhicule miniature avec nos 4 valises et nos 4 sacs à dos ! et Zoé explose de rire.

Flores nous impressionne : première ville depuis Miami. C’est beau, le lac Peten Itza est magnifique, entouré par la jungle, omni-présente, et l’ile de Flores très typique, avec ses petites rues pavées, ses maisons colorées et ses petites boutiques : on se croirait au bord de la méditerranée. Notre hôtel est de l’autre côté du pont, en ville mais très proche du lac.

Après un solide déjeuner au … burgerking (et oui on est en ville …) et pendant lequel un terrible orage s’abat sur Flores, nous partons découvrir cette petite ile (sous un soleil de plomb) jusqu’à son église, malheureusement fermée.

Sur la route du retour, les filles ont droit à leur gouter en avance… crêpes banane chocolat pour Alice, chocolat tout court pour Zoé : elles sont ravies.

Nous aussi, elles sont adorables, elles marchent sans se plaindre (Zoé) et on rentre tranquillement à l’hôtel pour profiter de la piscine à nouveau sous l’orage (!). Après un bon bain et un peu de homeschooling, les filles se mettent devant un petit film. Pendant ce temps-là, notre linge se fait laver dans la laverie du coin, il était temps !
Nous avons découvert un street food market à l’entrée de l’ile et décidons d’aller y diner. Malheureusement il n’y a rien pour Zoé qui toujours sur sa lancée depuis sa naissance mange pâtes, riz et pommes de terre, nous poussons jusqu’au bout de l’ile, dans un restaurant le cool bean café. Et c’était bien cool : des portions monstrueuses (je savais qu’ils faisaient des pâtes), et pour nous des nachos. Afin d’économiser le plastique, le café nous propose de remplir notre bouteille d’eau. Nous rentrons ensuite à l’hôtel.
Nous avons adoré cette pause à Flores, on s’y est bien senti et jamais on n’a eu une sensation d’insécurité.

Il faut savoir que certaines villes du Guatemala sont propres alors que globalement le pays est sale. Ils sont aussi au fait du recyclage, et de l’utilisation à minima du plastique. Sur le lac Atitlan, plus au sud, les habitant San Pedro de la Lagina nettoient bénévolement le lac de ses déchets et ont même complètement banni l’usage total du plastique

J+12 Raxruha (centre Nord Guatelama)
La phrase du jour de Zoé : « Le monsieur qui a construit la route est maladroit car la route elle tourne. Vraiment il est maladroit ».
Départ tôt de l’hôtel car aujourd’hui nous avons allons dans le centre nord du Guatemala dans un lieu non répertorié sur Maps.me ! Le Candelaria Lodge, situé à 7 km de Raxruha et à une trentaine de km de Chisec. Nous nous rendons au rendez-vous du bus en Tuktuk.
Et c’est parti pour 3heure 30 de chicken bus. On est une douzaine dedans et il ne s’arrêtera nulle part sauf pour une petite pause de 15 min.
La route est très différente de ce que nous avons vu jusqu’à présent, toujours très verte, mais vallonnée.
Nous traversons à nouveau des villages et des petits bourgs, où nous découvrons les tuktuk à vélo ! La jungle a fait place à une nature verdoyante mais plus organisée entre cultures et pâturages : nous retrouvons des vaches, moins maigres que celles du Belize. De temps en temps, des champs de palmiers se dressent de chaque côté de la route. Les bananiers sont toujours aussi présents. L’air et la végétation sont plus secs, on ne voit plus de marécages.
Au bout d’une heure environ la route disparait et on suit une piste pendant environ 50 mètres jusqu’au bord de la rivière. Le bac est la près à partir mais pas au complet, notre chauffeur le klaxonne et le voilà qui baisse à nouveau sa jupe pour laisser le chicken bus monter. Le bac avance à l’aide d’un moteur hors-bord que je soupçonne puissant vu le nombre de véhicules sur le bac. ! Le transfert dure quelques minutes, et nous débarquons a Sayaxché.

La jungle est de retour le temps de longer le parc national du Rosario. C’est superbe, les palmiers sont énormes, la forêt semble impénétrable.
Et puis quelques minutes plus tard les paysages secs sont de retour avec les champs cultivés, les pâturages et les bassins de rétention d’eau pour les animaux réapparaissent.
Enfin, après 2 heures de bus les montagnes apparaissent au loin.

Peu de temps après nous voici arrivés au Candelaria Lodge : un logde magnifique, assez luxueux. Un magnifique jardin tropical s’ouvre devant nous, nous sommes au calme, au pieds des montagnes, avec des plantes et des fleurs de toutes couleurs, de toutes beauté.
Notre chambre est aussi très belle, faite de briques, carrelage et bois.

Notre hôte, Daniel Dreux est un aventurier explorateur et a découvert les grottes de la Candelaria en 1974. 2 rivières sillonnent les petites montagnes autour de nous, la Candelaria y el Pasion. Les deux ont créé un vaste réseau de grottes souterraines d’une longueur de plus de 27 km, parmi les plus longues d’Amérique Latine. D’après les études archéologues, ces grottes et les deux rivières furent les témoins des rituels et sacrifices mayas. D’ailleurs, pas très loin du lodge, on peut visiter une cité Maya, crée par une branche des mayas de Tikal.
Après un copieux déjeuner et une sieste –pour les parents seulement, la première de ce tour du monde-nous partons à la découverte de la ville voisine, Raxruha. Et là nous sommes dans le « vrai » Guatemala. La route goudronnée s’arrête à l’entrée du village pour faire place à la piste, sans trottoirs. Les rues et la place du marché sont très sales. Les filles surprennent beaucoup avec leurs cheveux blonds et leurs jambes découvertes : les femmes portent toutes de longues jupes ou, parfois, des pantalons longs, mais pas de shorts, rien au-dessus des genoux. On achète des beignets, des gâteaux et on retire de l’argent. On découvre aussi une pizzeria où il est décidé que nous déjeunerons demain, après la visite des grottes. L’aller-retour se fait en tuktuk (pickup privés) .

Diner tranquille à l’hôtel – restaurant EL BISTROT FRANCES– les filles s‘endorment à 20h15. Nous sommes les seuls clients du lodge.

Zoé a eu une crise d’angoisse à propos de la mort, du fait qu’elle ait mis du temps à nous trouver (6 ans) et qu’elle ne veut plus jamais que l’on se sépare. Elle a aussi fait une mega crise d’amour à Alice, elle était très touchante. Alice nous a signalé que depuis quelques temps, Zoé se pose beaucoup de questions. On va approfondir cela car c’est à peu près au même âge que les crises d’Alice ont été fortes.
Je parle peu d’Alice mais elle est merveilleuse. Elle suit, s’intéresse à tout, parle avec les adultes mais joue aussi avec sa sœur. On a quand même dû mettre en route la boite à mauvaise humeur (1 euro par cas) et on a eu une fille super agréable. On avait déjà testé cette méthode aux US et on avait adoré 🙂

J+13 Cuevas de la Candelaria
Top top top excursion !
On a rendez-vous à 9h00 au lodge pour le départ de l’excursion. Je suis mitigée car depuis cette nuit il pleut et j’ai peur que ce soit annulé. Non, l’excursion tient toujours, ouf.  Mais si au petit déjeuner c’était une petite pluie tropicale, au moment du départ, nous sommes sous une très fore pluie tropicale, l’orage gronde sur nos têtes.  Le guide Efrahim est confiant, on le suit donc. Et nous voici parti pour une randonnée de 15min environ sous une pluie battante dans la forêt tropicale. Inutile de dire que nous sommes trempés jusqu’aux os !
Alice et Zoé suivent sans broncher. Après un moment nous arrivons à la rivière la Calenderia. 4 bouées nous attendent, ainsi que gilets de sauvetage et lampes frontales.
On s’équipe et nous voilà partis pour 4km de rando aquatique dans les grottes de la Candelaria. Non il n’y a pas de crocodiles, de rapides et autres pièges : excursion à l’américaine 😉 sans risques pour ne pas avoir les avocats sur le dos :-).
Après 3h30 de rando, de fous rire, un peu de peur, de passage à pieds de petits rapide, de vols de chauves-souris, de stalactites géantes, nous arrivons dans un endroit extrêmement paisible et préservé, fermé à tous les publics et ouvert uniquement pour la semaine sainte. Dans ce cadre magnifique et enchanteur, une balançoire surplombe la rivière, sous le soleil revenu. Les filles sont aux anges.
On rentre ensuite à l’hôtel pour aller déjeuner une pizza en ville. Et dans le colectivo, les filles nous confirment à quel point elles ont adoré cette excursion. Et que la pizza est vraiment la bienvenue ! Après un petit tour dans un cybercafé (une première pour Vince) nous rentrons à l’hôtel pour passer un après-midi tranquille (à sécher :-).
Ce soir nous avons repris notre habitude des 3 moments préférés de la journée et sans hésitation pour Alice : ce fut la plus belle journee de sa vie. Ses 3 meilleurs moments ont été la balançoire au-dessus du Candelaria, la pizza et le pick up… mais juste après, les grottes !
Et puis nous avons compris aujourd’hui comment les Guatémaltèques tondent la pelouse : à la machette

J+14 transfert vers Semuc Champey
Nous quittons le Candelaria Lodge en chicken bus, direction Lanquin. 30 min après notre départ, nous nous retrouvons bloqués à un … piquet de grève. C’est une grève générale, une de celles qui précède les élections générales prévues le 11 aout. Nous restons 2h30 bloqués au soleil : des jeux de carte s’improvisent, des discutions avec des irlandais, australiens et français se développent.

Puis nous repartons : le chauffeur est pressé : il roule aussi vite que le chicken bus et la route le permettent. La route est sinueuse, c’est une route de montagne, très vallonnée, Zoé doit regarder la route pour éviter d’être malade. Les paysages ont changé: déforestation de la jungle au profit de la culture du maïs et parfois, des pins, très surprenant. Les cultures sont à flanc de collines, parfois très abruptes et au sommet de cette déforestation en faveur du maïs, la jungle est encore présente! Et dans le fond de ces collines, les montagnes sont toujours là.
Le voyage va durer 4 heures (sans les grèves) dont une heure de pause au MacDo de Coban, heure pendant laquelle nous avons du wifi et consultons rapidement nos emails et confirmons les prochaines réservations.

Le dernier tronçon du trajet, Coban-Lanquin dure deux heures pour 45 km de routes asphaltée et 15km de piste! A l’arrivée à Lanquin, chaque hôtel a son propre transport organisé et donc nous sommes attendus. Et c’est tant mieux car il est tard, 19h30 et on est en pleine nuit. Nous voilà repartis pour 45 min de piste dans 1 pickup. Avec Zoé nous avons pris place à l’intérieur du véhicule et malgré les soubresauts de la pistes Zoé s’endort. Vincent et Alice sont eux derrière dans le pickup, debout, secoués pendant les 45 mn nécessaires pour faire 9 km! Parfois j’entends Alice exploser de rire mais globalement nous sommes très heureux d’arriver.
C’était une longue journée pour les filles mais on a rencontré Justin qui voyage avec sa Maman. Assis cote a cote avec les filles, les enfants se sont raconté leur vie, leurs écoles et toutes les blagues possibles, même Zoé a fait les siennes! On ne savait pas le répertoire d’Alice si étendu. Le voyage est donc passées relativement vite.
A l’arrivée, on couche Zoé et on fête mon anniversaire autours de 2 caipi et quelques parties de UNO que l’on partage avec Léa et Bianca, deux suisses allemandes rencontrées dans le dernier pickup. C’est la fête à l’hôtel car le patron fête ses 48 ans ! On finira par partager le gâteau, et les chants d’anniversaire, Vincent s’en sort bien 😂
Tout comme a Tikal. Les hôtels sont sur groupe électrogène. Le courant est coupé à 23h00…

J+15 Semuc champey :
En Maya ketchi, Semuc Champey signifie quand la rivière disparait (dans les grottes)
Les filles ne dont pas motivées ce matin. Alice en a ras le bol de la jungle et zoé a perdu son sourire car elle veut se baigner à la piscine de l’hôtel et pas ailleurs

On les motive comme on peut (c’est vraiment dur ce matin) mais on insiste – surtout moi. C’est l’un des plus beaux sites du Guatemala et je suis sûre qu’elles vont adorer.
Après 10 min de marche nous y voici.

Quel enchantement, quelle beauté. La mauvaise humeur d’Alice s’envole immédiatement: elle de change et plonge dans l’eau cristalline. Zoé l’imite très rapidement et nous voici seuls dans ces magnifiques piscines naturelles. L’eau est bonne et a très bon gout. Malgré l’orage de la nuit, les piscines sont très claires, une eau limpide, des petits poissons et des cascades. Un paysage magnifique, magique même. On a galéré pour y arriver, on comprend que Semuc Champey se mérite !


Semuc Champey est un grand parc dans la jungle très bien gardé et entretenu dont les activités principales,  balades jusqu’au mirador ou aux piscines naturelles peuvent aisément se faire sans guide.

On rentre déjeuner à l’hôtel et les filles se baignent dans la piscine pendant que nous bullons tranquillement devant un café. On retourne ensuite aux piscine naturelles mais on n’est plus tout seuls ! On y prend autant de plaisir que le matin mais la lumière n’est plus aussi belle et donc les couleurs ne sont plus aussi chatoyantes. Je passe un long moment avec Zoé a papoter et on est reparti avec les princesses et les licornes … mais cette fois j’ai enfin de temps d’écouter.

La fin d’après-midi se passe à la piscine. A l’heure de l’apéro les filles rencontrent Romane et Alix, Canadiennes de 12 et 10 ans. On ne les voit plus jusqu’à ce qu’on décide de faire un kapla tous ensemble. On faut ensuite la connaissance des parents, Elise et Guillaume. Et alors que c’est (encore) la fête a l’hôtel, les filles dansent et les parents papotent.

Très belle soirée, Alice s’est beaucoup amusée et dansé et a appris une nouvelle chorégraphie!

J+16 : Semuc Champey
Mauvaise nuit due au bruit. Comme on a décidé de rester une nuit supplémentaire dans cet endroit enchanteur on demande à changer de chambre et bingo un super bungalow individuel! On est fou de joie  
Aujourd’hui on a demandé aux filles de se babysitter pour que nous puissions aller au Mirador admirer les piscines de Semuc Champey depuis là-haut, en haut de la montagne: les photos parlent d’elles même même si elles ne rendent pas complètement hommage à la beauté du paysage : ces piscines naturelles au milieu de la jungle ! Un pur délice pour les yeux.

On fait la montée avec un peloton de policiers (!). La balade dure 1h30 et à notre retour les filles en outre de s’être très bien entendu nous ont réservé une surprise de taille : elles ont déménagé toutes nos affaires dans la nouvelle chambre ! On est estomaqué de leur gentillesse : elles ont tout ramassé, rangé et transporté dans le nouveau bungalow.  Du coup elles ont augmenté leur quota de crêpes au nutella : on est à trois chacune !


On récupère donc nos princesses après notre balade et on retourne se baigner a Semuc Champey. On suit un guide et on passe de piscines en piscines en sautant ou en glissant.

On déjeune ensuite à l’hôtel et les filles foncent a la piscine: bientôt Romane et Alix les rejoignent et ‘est parti pour un grand moment d’amusement dans la piscine.

Il nous reste une petite excursion à faire, une cascade à aller admirer à 15 min de marche de l’hôtel. Les filles préféreraient rester à la piscine mais on les oblige à venir et nous voici sur le pont -fameux pour ses planches manquantes mais sur lequel passent les pickup à longueur de journée-
La balade est jolie mais on prend note que lorsque l’on veut aller voir des grottes, une pluie tropicale diluvienne nous accompagne! Celle-ci durera toute la soirée. Nous poussons néanmoins jusqu’à la cascade et la grotte et les filles sont finalement contente d’être venues.

On rentre trempé mais heureux dans notre nouveau bungalow.

On retrouve Elise Guillaume et les filles au resto et après un super apéro (Vincent goute la spécialité guatémaltèque: une Michelada, composée entre autres de jus de tomate, citron, sel, du Worceyster -sauce anglaise noire- et une bière au choix (Corona pour Vince), nous voici parti pour une soirée très agréable en compagnie d’Elise et Guillaume : on échange sur le Guatemala, la vie au Quebec, leur serpents (j’ai encore la chair de poule 😱), les voyages… une super rencontre!
Merci les amis et bonne route!

J+17: transfert vers Coban
35 min pour les 9 km qui nous séparent de Lanquin puis route normale jusqu’à Coban : ca dort dans le Colectivo 🙂 malgré le match de foot à tue-tête. Et puis le colectivo s’arrête sur la route … car ils sont entrain de la faire (!). On achète a déjeuner a un vendeur ambulant qui arrive à point nommé. Le chauffeur en profite pour changer une roue ….


Zoe découvre les empanadas grâce au ketchup et elle adore! Génial.
40 min après nous repartons pour la dernière heure de bus. Un orage éclate sur la route: le colectivo s’arrête pour descendre nos valises dans le bus car il n’avait pas de bâche pour les protéger.  Petite accalmie lord de notre arrivée a Coban qui nous permet de rejoindre facilement notre auberge a 900 mètres de là. On en profite pour faire les boutiques sur le chemin.

Les filles adorent les auberges car on prépare à manger et on est un peu comme à la maison. Nous partons quand même acheter à manger à XKAPE KOB’AN, un endroit surprenant empreint de sérénité et de retour nous nous projetons un petit film avant un diner calme et soirée wifi (articles, news à la famille, banques, etc… :-).

La phrase de Zoé ce jour: 
« le tour du monde maman c’est super.
– Mais qu’aimes tu dans le tour du monde ma cherie? 
Tout maman… »

J+18 de Coban vers Chichicastenango (centre sud)
On se balade dans les rues adjacentes a l’hostal.
Les filles adorent. Zoé a bcp de succès avec sa blondeur.
On achète à manger on prend des photos et on échange beaucoup de sourires avec la population locale: j’ ai peu parle jusqu’à maintenant mais nous avons toujours rencontré des gens très gentils prêts à nous renseigner, nous aider.
Alice a adoré notre incursion dans le marché mais ce qu’elle préfère par-dessus tout: les vêtements des femmes guatémaltèques, elle rêve d’un boléro brodé.

On achète au marché de Coban des sortes d’empañadas de bœuf (bof) et un gros nacho de poulet (excellent). On achète aussi des lichees et je me régale: galère pour les ouvrir mais délicieux a manger.

Retour à l’auberge le bus nous attend. C’est l’auberge qui nous a organisé ce transport ;
On traverse les village tout est très coloré. Globalement les villages sont plus entretenus et en meilleur état que dans les villes précédentes et on trouve de plus en plus de culture, de maisons en brique …
La piste est de retour après 1 heure de bus, et ce pendant 2h30. On croise un mariage, qui avance à pieds derrière les mariés : on ne va pas beaucoup plus vite qu’eux J. Les montagnes nous entourent le ciel est gris, la jungle a disparu complètement Et puis le soleil revient on roule à flanc de montagne. Le reste du voyage se fera sur la route avec alternance de piste..

Nous allons monter et descendre un nombre incalculable (je sais j’ai essayé) de montagnes, le paysage est toujours aussi vert.
C’est notre plus grosse journée de bus : 7 heures pour 200 km. Les filles ne rechignent pas du tout et du coup on leur met 2 films pour que cela passe plus vite.
Nous arrivons sur Chichicastenango vers 18h30 et le temps d’aller à l’hôtel nous délester de nos bagages nous filons dans les rues commerciales adjacentes, les boutiques sont toujours ouvertes. On en profite pour visiter l’église (un office se termine) et j’aperçois un rooftop au loin.
Après quelques détours nous y voici : il est en face de notre hôtel. On dine en terrasse, vue (de nuit) sur toute la ville.

Nous en avons fini avec la chaleur moite et avec la chaleur tout court. Hier soir nous avons ressorti les polaires et les pantalons et malgré cela nous avons eu froid pendant notre diner au rooftop de Chichicastenango : la fatigue y était aussi certainement pour quelque chose.
Je suis heureuse d’être là : demain est une journée spéciale : c’est dimanche et le plus grand marché du Guatemala a lieu à Chihchicastenango !

J+19: le marché de Chichicastenango et départ pour Panajachel sur le lac Atitlan
Apres un bon petit dej nous décidons de partir à la rencontre de ce marché si souvent décrit comme le plus beau et plus grand du Guatemala : c’est en effet le cas en ce qui concerne l’artisanat guatémaltèque : les couleurs sont omniprésentes et on peut tout acheter : les tissus, du fil à broder, les sacs, les ponchos, les vêtements traditionnels (différents de ceux du nord et Alice les aime moins), mais aussi les masques en bois, des bonnets, des spécialités culinaires, et des souvenirs … ce que l’on a fait. Petit casse –tête : les souvenirs doivent être petits et ne pas prendre de place. Pour Vince et moi ce fut facile on a opté pour des bracelets. Pour les filles ce fut un petit tuktuk pour Zoé et un petit paquet de poupées porte bonheur pour Alice. Elle en a 12 donc beaucoup de chance en perspective 🙂

[il semblerait que les pierres servent à faire cuire le maïs et permettent d’en enlever la peau pendant la cuisson. Quand à Vince il dévore une galette de maïs]
Ce matin Vincent en profite pour aller chez le coiffeur. En France sa coupe coute 13, ici 15 mais … quetzals soit 1,76 euros … et il a eu droit au super traitement, sèche cheveux compris 🙂

On a bien marché 3 heures dans la foule. Foule car bien sur ce marché est très connu donc très fréquenté mais aussi car nous sommes jour de vote pour les élections nationales : 2 candidats (nouveaux) s’affrontent, un homme et une femme. Selon notre chauffeur de l’après-midi, les deux sont de toutes les façons corrompus et le pays va doucement s’enfoncer…
Nous goutons enfin le poulet frit du Guatémala (je sais en aura mis du temps) mais dans le sud c’est une vraie spécialité il y a même une chaine type Macdo mais qui s’appelle Pollolandia. Et Zoé en mange! et même dévore …

Après ce repas, nous quittons Chichicastenango avec un chauffeur ! pour se rendre sur le lac Atitlan, nous avons appris qu’il y a 2 changements en prenant les colectivos (ça rappelle le métro 🙂 et le chicken bus serait plus cher que le transport privé (je ne sais comment ça est possible mais je l’ai déjà lu). Sur la route notre chauffeur nous explique aque les pommes sont une des spécialités de Chichicastenango.

Nous optons donc pour le transport privé et nous voici à Panajachel en 1 heure. Sur la route , en traversant Solola et avant de descendre sur Panajachel, les volcans font leur apparition et toute cette descente sur le lac est magnifique.

Extraordinaire lac Atitlan ceindé de 3 volcans, Tolimán, Atitlán et San Pedro. Que c’est beau!

Nous arrivons dans un super hôtel avec une chambre immense, au calme. Il y a même deux piscines (rondes) d’eau thermale chauffées (jusqu’à 60 degrés pour la seconde) et un sauna, le tout en pleine nature ! on ne dit rien au filles et on part se balader sur les docks afin de se renseigner pour les lanchas qui traversent le lac pour se rendre dans les villages aux alentours du lac. Et puis de retour à l’hôtel, on part se baigner dans les 2 piscines d’eau thermale : Zoé cuit à tout petit feu dans cette piscine chauffée elle à 40°, on la sort au bout de quelques minutes J! Nous irons ensuite diner dans un petit resto où Zoé en oublie de manger, subjuguée qu’elle est par les chanteurs.


J+20: balade sur le lac Atitlan
Nous voici embarqué dans une lancha, direction San Juan La Laguna. La balade est superbe, la lancha longe les villages qui bordent le lac, certaines habitations sont tout simplement fantastiques.

San Juan est un petit village spécialisé dans le café, le chocolat et le tissage.

On a décidé d’aller déjeuner au restaurant que nous avaient indiqué Elise et Guillaume, restaurant qui permet de profiter d’une vue magnifique sur le lac. Nous l’avons trouvé et nous sommes bien monté eu troisième étage. Effectivement, la vue est impressionnante. Nous décidons ensuite de visiter un peu le village qui est assez calme. Et au fur et à mesure de nos pérégrinations, nous découvrons toutes les peintures sur les murs.

Nous redescendons ensuite au port pour rentrer à Panajachel, toujours en lancha (transport public sur le lac).

La lancha part a fond et bien entendu cette fois ci Alice Zoé et Vincent ont décidé de se mettre à l’avant du bateau. Erreur fatale! Ils ont sauté pendant 45 min: mais quels fous rire des filles!

Dans la lancha nous rencontrons un couple, Anne-Laure et Marin, (lemondeetlescopains sur insta) en tour du Monde depuis le mois de juin : super rencontre, qui se prolonge dans un bar à Panajachel mais qui s’arrête là car ils partent sur Antigua en fin d’après-midi : il se peut que nous les croisions à Ushuaia !

Le fin d ‘après-midi se déroule tranquillement, notamment à la piscine.

Après le diner, Alice décide d’offrir une bague ne perle avec l’argent de la petite souris passée à Chichicastenango. Je suis heureuse que Zoé ait un cadeau mais déçue qu’Alice ne s’offre rien: je négocie donc (un peu) avec le vendeur et les filles se retrouvent chacune avec une bague ! Elles sont folles de joie.

Pendant le diner nous renouons encore une fois avec les 3 meilleurs moments de la journée (c’est Zoé qui nous rappelle à l’ordre) et en tête pour les filles, ce sera la lancha a fond sur le lac, elles à l’avant entrain de sauter sur toutes les vagues ! Quels fous rire …

Alice s’est mise à fond à l’espagnol et a perdu sa timidité. Elle commence même a être autonome et c’est super de la voir se débrouiller comme cela. Vincent est aussi à fond avec son petit carnet dans lequel il note tous les mots et les relit : il commence lui aussi à parler sachant qu’il y a 3 semaines il n’avait pas prononcé un mot en espagnol ! impressionnant 🙂

Enfin nous avons eu le résultats des élections pour la présidentielle: sur les deux (nouveaux candidats) qui se présentaient, c’est Alejandro Giammattei qui est finalement élu (les commerçantes qui nous renseignent sont déçues). Aujourd’hui, nous pouvons à nouveau boire de la bière 🙂 -interdite hier pendant la journée du vote-.

J+21: Solola
après que nous ayons abandonné l’idée d’aller randonner sur l’Indian Nose pour observer les 3 volcans du lac Atitlan (trop risqué, trop d’attaques de touristes) nous décidons de nous rendre à Solola et nous tombons le jour de la fête des écoles en l’honneur de la Vierge Marie.

Nous ferons l’aller retour en colectivo.

Nous déjeunons de tacos dans un petit resto avec une vue splendide sur … le lac Atitlan (je ne m’en lasse pas)

et nous prenons le café (quelques heures après avoir arpenté Solola et pris des churros en guise de dessert) sur la route du retour, chez ENTE. Particularité: une vue époustouflante sur … le lac Atitlan. C’est un endroit magique et on y reste un moment, pas assez longtemps à mon goût car les filles se révèlent très agaçantes. En fait on atteint l’apotéose dans ce café et je fais une grosse mise au point sur le chemin du retour: je crois qu’elles ont compris car ça file droit ensuite : elles avaient vraiment exagéré.

De retour à l’hotel, Vincent enchaine une sieste, puis la piscine avec les filles et on terminera par un peu de homeschooling. Je ne suis pas inspirée pour le choix du resto, on oublie.
Ce soir on refait les valises on part à Antigua Guatemala demain

J+22 Antigua Guatemala
Avant dernière étape du périple Guatémaltèque. On a entendu beaucoup de bien sur Antigua, je pense néanmoins que ça va être très touristique. la durée de notre trajet est initialement de 3 heures notre shuttle pour 85 km … on les fera en 2 heures mais avec un chauffeur fou ce qui provoque un petit vomito chez Zoé : entre l’état des routes et le zèle du conducteur qui finalement ralentira car je lui promet un arrêt de 5 minutes à chaque vomito, les filles ne verront pas leur film. La route est une bonne route, pas de piste malgré ce que MapsMe announce. En revanche, la route disparait bien à un moment donné à cause d’une rivière. Que nous traverserons à gué, comme si nous étions dans un 4×4 (nous sommes dans un van !)

Arrivée a Antigua.
Comme annoncé, c’est splendide ! Chaque maison est colorée, pas très hautes, dans une ville organisée en rues parallèles et pavées. Antigua ressemble à une petite ville balnéaire surplombée du volcan De Agua. C’est spectaculaire. Et puis derrière ces façades, de magnifiques cours sont cachées. Heureusement certaines sont ouvertes au public car on y trouve des cafés, des restaurants, des boutiques…et un bus a post-it 🙂

Après avoir récupéré les clefs de notre chambre on part a la recherche d’un endroit pour manger : et là, quel surprise en terme de prix : c’est très cher. Beaucoup de nourriture étrangères (chinoise, libanaise!, française, italienne, américaine etc… on est estomaqué et désorientés, on voulait simplement notre quesadillas et nos nachos :-). On finit au burger king … fatale erreur. On n’apprécie pas du tout avec Vince et je  suis pas bien le reste de la journée.
Les filles sont elles requinquées : on se balade pour trouver une solution pour monter au Volcan Pacaya, le lendemain et aller a Guatemala City le surlendemain. On fait aussi quelques courses car l’avantage d’une posada est qu’on peut se faire à manger: les filles adorent ça. C’est un peu comme à la maison et la chambre n’est jamais très loin.
On finit le film interrompu 2 ou 3 jours auparavant puis on fait un peu d’école : on réussi a les tenir 45 min, on est contents. Et on enchaine sur le diner: je fais l’impasse pendant que Vince mange des dumpling (dur d’attendre l’Asie pour en manger 😁.

J+23: Volcan Pacaya
Reveil 5h00 et départ à 6h00 pour le volcan Pacaya. Antigua est magnifique le matin aux premières heures avec dans le fond le Volcan de Agua.

Première rando familiale du TDM et une découverte pour tous les 4.
Quelle matinée: une vue fabuleuse sur les villages alentours

et une rando de 13.5 km a flanc de montagne pour admirer le Volcan Pacaya ! Qui a décidé de nous faire un show complet : il a tonné et grondé plusieurs fois et s’est paré d’une coulée de lave pour nous impressionner ! Au contact de ses « vieilles » coulées de lave, il faisait chaud et parfois très chaud. C’est un volcan actif dont les deux dernières éruptions ont eu lieu en 2010 et en 2014. Depuis, la lave continue de couler et lui de fumer. C’est vraiment magique et impressionnant ce paysage lunaire, noir et surtout avec des pierres si tranchantes si pointues. Un vrai paysage destructuré.
Et dans ces anciennes coulées de lave encore chaudes, on fait cuire des marshmallows (que personne dans la famille n’aime ! on aurait du amener des bananes 🙂
Et les filles ont été plus que chanceuses. Non elles n’ont pas fait la balade à pied mais à dos de cheval ! Elles se sont relayées à l’aller et au retour. Première fois pour Zoé, Alice était à l’aise jusqu’au moment où dans la descente son cheval a glissé et s’est retrouvé sur les « genous ». Elle n’est pas tombée, on n’a rien vu mais j’ai compris pourquoi elle ne voulait pas finir la balade !

Et puis nous avons eu une chance incroyable avec le temps, la pluie s’est mise à tomber alors que nous montions dans le bus de retour !
Comme il n’y a plus de paysages à voir on en profite pour roupiller sur le chemin du retour !
De retour à l’hôtel -il pleut toujours- on regarde un petit film et dès celui-ci finit, on part à la découverte d’Antigua. Une petite balade de deux heures qui nous mènera entre autre au Musée du chocolat, à l’Eglise de la Merced qui parait-il a 800 ans (!) et au marché artisanal
La pluie s’est remise à tomber et c’est trempés que nous rentrons à l’hôtel.


J+24: Antigua Guatemala et un drôle de Clap de fin sur le Guatemala
Ce matin, avant de partir pour Guatelama City j’ai décidé d’emmener la famille jusqu’au Cerro de la Cruz d’où parait il nous avons un magnifique panorama sur Antigua Guatemala. c’est une superbe balade à travers Antigua, les filles suivent même si elles rechignent un peu. La vue est superbe et les filles ont finalement très heureuses d’être monté jusque là.

Sur le retour nous faisons un arrêt à Rincon Tipico pour acheter le déjeuner que nous prendrons à notre hôtel. En effet nous parton pour Guatemala City a 12h30.
Comme notre hôtel se trouve a 1 km de l’aéroport, je pense que cela nous laissera le temps d’aller visiter Guatemala City … HE BEN NON ! Notre hôtel est situé dans une zone gardée et je dis bien une zone. 4 rues ceintes d’un grand mur et de barbelés avec un accès unique pour y entrer un accès différent pour en sortir. On doit montrer patte blanche pour entrer: notre chauffeur n’est jamais venu et il hallucine : nous on est encore moins rassurés surtout qu’il.nous dépose devant une adresse qui n’est pas celle de notre hôtel 😱
Finalement Vincent le trouve à 30 mètres de là et on entre dans une maison particulière ou même la sonnerie a l’extérieur est sous cadenas!
Prendre notre chambre demande au moins 30 min pendant lesquels le propriétaire de la maison nous propose une chambre familiale moins cher que les les chambres initialement réservées, proposition que l’on accepte immédiatement.
Après un film avec les fille (pendant lequel l’orage éclate) et un peu (un petit peu) de homeschooling, nous allons au restaurant de la zone. Enorme !!! Non seulement c’est la porte à coté mais bien évidemment on n’y va pas comme cela: notre propriétaire nous a annoncé et nous y accompagne. Sérieux, il y a deux mètres! On entre après que notre hôte ait déverrouillé la porte (il la verrouille immédiatement après notre entrée). Deux grandes tables dans une grande pièce, la notre est assez encombrée mais il libère 4 places. Menu unique qui se révèlera correct mais pas végétarien. Bien entendu nous sommes les seuls. 45 min plus tard nous voici de retour à notre pension.

Et à côté de notre zone se trouve un fabricant d’armes de guerre: je sais c’est écrit dessus … quel final pour ce pays 😳😳😳

Bilan de nos 16 jours au Guatemala

  Alice Zoé Vince MDo
Meilleur resto Churros à Solola Empanadas au ketchup Burrito au Poulet acheté au marché de Coban idem Vince
Meilleur Hotel Regis Hotel & Spa à Panajachel Regis Hotel & Spa à Panajachel Regis Hotel & Spa à Panajachel le second Bungalow de Semuc Champey
Meilleure activité se balader dans la jungle la visite des grottes
Le plus étonnant Chicken Bus Histoire avec le pistolet a crottes de nez -merci Lumi J Etat des routes les routes sans route, sans pont, …
ce que l’on a le plus aiméla junglel’authenticité des Guatémaltèques


Une réflexion sur “Carnet de voyage: Guatemala | août 19

  1. Patrick et Gigi

    Hello les 4 globe trotters ! C est super tout le déroulé de votre périple ! On est vraiment avec vous . bravo à Alice et Zoé vous êtes super courageuses les filles , ouvrez grand vos yeux , c’est une chance inouïe que vous avez là !
    Plein de gros bisous
    Pat et Gigi

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s